Les expérimentations de nos membres

Les membres de la compagnie ne sont pas seulement d'illustres combattants ou de fins artisans, ils se livrent aussi à de nombreuses expérimentations historiques dont ils nous livrent les secrets ici afin que vous puissiez également les tester à votre tour ! 

Confection de ficelle poissée

 

J'utilise une chandelle en cire d'abeilles, je la passe sur une flamme pour la rendre plus tendre. Ensuite je fais glisser la ficelle de lin rapidement pour créer un échauffement sur ce bâton, ce qui creuse des sillons dans lesquels elle se nourrit de cire. Je pétris un peu la cire de temps en temps pour combler les sillons. Je renouvelle cette opération de passages 5 à 6 fois et ainsi ma ficelle est prête à l'emploi. Il est mieux d'utiliser une chandelle, la mèche évite au bloc de cire de se trancher complètement.


Tissus carbonisé par Ragnar de Neustrie

 

-Une boite en tôle hermétique.

-Percer un petit trou avec une pointe à chaque extrémité.

-Découper une douzaine de carrés de lin un peu plus petit que le fond de la boite.

-Les empiler dans la boite et la refermer.

-Placer la boite sur un feu doux.

-Secouer la boite de temps en temps afin que les couches de tissus ne restent pas collées entre elles.

-Attendre la fin des fumées. -Retirer la boite du feu et boucher les trous avec de petits morceaux de bois.

-Laisser refroidir et ouvrir la boite afin de récupérer les morceaux de tissus.


Lessive de cendre pour Amadou par Ragnar de Neustrie

 

-Prendre deux gobelets de cendre de bois sans morceaux de charbons.

-Pour un meilleur travail, elle peut être tamisée.

-Dans une casserole mettre un litre d’eau et le porter à ébullition.

-Verser la cendre dans cette eau et laisser mijoter quinze minutes.

-Retirer du feu.

-Utiliser ce mélange immédiatement ou le laisser refroidir et le stocker dans un bocal en verre.

-Cette préparation peut, après filtration servir de lessive pour le lavage du linge.


Fabrication de l’Amadou (à la cendre) par Ragnar de Neustrie

 

-Récolter des amadouviers.

-Les stocker dans un endroit sec et ventilé.

-Si ils sont secs à la récolte, ils peuvent tout de suite être travaillés.

-Ouvrir les amadouviers avec un scramasax, une hâche ou une scie.

-Ne garder que la partie cotonneuse sous la coque du champignon.

-Découper des bandes de 1cm de large environ.

-Les morceaux ainsi obtenus pourrait être traités ainsi mais il est préférable de les marteler légèrement avec un maillet et un billot en bois pour les rendre plus spongieux. (ne pas utiliser d’outils métalliques qui casseraient la fibre, l’amadou devant être étiré, voir la suite ).

-Plonger les morceaux dans la lessive de cendre préalablement chauffée au point d’ébullition. (La plongée doit se faire hors du feu).

-Laisser les morceaux d’amadou se gorger de liquide, jusqu’à saturation.

-Les retirer et les égoutter.

-Les disposer sur une planche de bois et les mettre à sécher dans un endroit ventilé.

-Les retourner de temps en temps pour faciliter la régularité du séchage.

-Ne pas chercher à accélérer le séchage qui doit se faire lentement.

-Après quelques jours, prendre le maillet et battre les morceaux d’amadou sur toutes les faces.

-La texture doit être comparable à du coton.

-Cette opération va aussi éliminer les traces de cendre et redonner à l’amadou sa couleur presque initiale.

-Etirer entre les doigts l’amadou avec délicatesse, afin de l’allonger et l’aérer.

-Le battre à nouveau sans le détériorer, le triturer avec les doigts et finir l’étirement à son maximum sans le déchirer.

-L’amadou est prêt à être utilisé.

 

Stockage et transport:

-Pour une utilisation sans failles l’amadou doit toujours être sec.

-Confectionner un sac en toile de lin fermant avec une ficelle et ranger l’amadou dedans, il ne doit pas être enfermé de façon trop hermétique.

-Une corne de type « corne à boire » fermée d’un couvercle de cuir ou de tissus est aussi très correct et peut ainsi être transportée à la ceinture.

 

Conseil: Après un long moment de stockage de l’amadou il est conseillé de le triturer légèrement afin de l’aérer. Un petit « battage » n’est pas non plus déconseillé.


Allumage d’un feu avec de l’amadou par Ragnar de Neustrie

 

- Préparer au préalable le sol où le foyer sera utilisé.

- Se munir d’un briquet métallique médiéval.

- D’un éclat de silex de taille facile à tenir entre le pouce et l’index replié.

- Les bords du silex doivent être très tranchants.

- Si nécessaire refaire des bords acérés en éclatant à l’aide d’un autre silex ou un marteau. (attention aux éclats très coupants).

- Un peu de filasse de lin ou de tissus carbonisé.

- Un peu de foin.

- Un peu de paille.

- Insérer un petit morceau d’amadou entre le pouce et le silex, de la taille d’un ongle.

- Frapper le briquet perpendiculairement contre le silex afin d’obtenir un étincelle.

- Après quelques productions d’étincelles, « une » va venir se déposer sur l’amadou et ainsi produire une « micro braise ».

- Souffler légèrement (avec la bouche) sur celle-ci afin de l’attiser.

- La déposer à l’abris du vent (une coquille St Jacques fait bien l’affaire).

- Confectionner un petit nid avec la filasse de lin ou prendre un carré de tissus carbonisé. Les poser en attente.

- Prendre une bonne poignée de paille et la former en torche.

- Creuser un logement dans le milieu de cette torche de paille.

- Déposer le petit nid de filasse ou de tissus carbonisé dans ce creux.

- Déposer le morceau d’amadou incandescent au milieu de ce nid.

- Ces opérations doivent se faire rapidement afin de ne pas perdre la braise !

- Refermer le nid sur la braise sans l’étouffer et souffler dessus.

- Plier la poignée de paille en deux sur elle même afin que le noyau incandescent se retrouve au milieu.

- Souffler au travers des brins de paille pour assurer un apport en air. (Oxygène).

- Une fois que la production de fumée devient franche.

- Saisir la torche d’une main et la balancer dans l’air par de grands mouvements de va et vient afin de faire monter la température.

- Une fois la chaleur d’inflammation obtenue, la torche de paille s’enflamme.

- Déposer celle-ci au sol. - Faire un apport de paille et de fines brindilles et éclats de bois.

- Déposer progressivement sur ce feu des morceaux de bois de plus en plus gros, au rythme de la progression du feu.

- Aider au besoin d’un apport d’air au moyen d’un soufflet ou d’un boufadou.

- Toujours prévoir un seau d’eau à proximité en cas ne non maîtrise du foyer.